Contact

Pour faire un beau vélo, il faut beaucoup discuter.
C’est ici que ça commence.

Nous contacter par mail
Nous téléphoner

04 63 08 31 60
06 07 14 82 18
Du lundi au vendredi, 8:30–12:00, 13:30–16:30

Nous rendre visite

49 Rue Victor Hugo, 63110 Beaumont
Du lundi au vendredi, 8:00–17:00
Prévenez-nous avant de passer

Menu

Le journal de bord

Où on vous raconte la vie dans l’atelier, les sorties sur les routes et les chemins, les histoires de nos vélos et celles de leurs propriétaires.


Revue de presse : Top Velo & Cyclist France

Les magazines Top Vélo et Cyclist France nous ont fait l'honneur d'essayer pour le premier notre randonneuse du Concours De Machines 2016 et pour le second le prototype Distance 25. Nous les remercions et vous conseillons de monter sur votre vélo pour aller acquérir ces deux revues chez votre libraire préféré dès maintenant. 

Si vous êtes impatients de lire en intégralité ces deux essais, nous vous laissons en découvrir quelques extraits.

TOP VÉLO N° 255

Alexandre Lombardo, rédacteur en chef adjoint de Top Vélo, nous a fait l'honneur d'essayer la randonneuse légère vainqueresse du Concours De Machines 2016. 

Je vous vois venir... Mais pourquoi vous parle-t-on de randonneuse dans Top Vélo, qui vous initie d'habitude aux machines les plus légères, les plus rapides, les plus belles, les plus exclusives et aussi les plus chères ? Parce que cette randonneuse construite par Victoire [...} est une bicyclette tout aussi superlative que celles dont je vous parle plus haut. De son imagination à sa création, chaque étape de sa construction est entremêlée de passion et de quête d'efficacité maximale. Un plaisir pour les yeux, mais aussi pour le cycliste, comme vous le lirez plus bas...
La fluidité m'interpelle. [...] Jamais un vélo de route ne m'avait donné tant de sensations de ce type. Aucun vélo "endurance" en tous cas. Affirmer au bout de quelques mètres que c'est la machine de route la plus confortable qu'il m'ait été donné d'essayer... Sans aucun doute.
La randonneuse légère Victoire me permet d'évoluer aux environs de 30 km:h sans forcer outre mesure. [...] Et surtout, que la route soit plane ou pentue, le vélo s'adapte comme par magie. Sa rigidité est plus que suffisante et sa tenue de route-mêlant l'acier au freinage à disques et aux gros pneus-au-dessus de tout soupçon. Je me surprend même à attaquer en descente !
Aux commandes de cette randonneuse légère, on se met à rêver de journées entières passées sur le vélo. De quoi imaginer un périple en Auvergne, le pays de Victoire justement.

CYCLIST FRANCE N°17 - MARS / AVRIL 2019

Thomas Caussé, journaliste chez Cyclist France nous a fait le privilège d'essayer durant plusieurs semaines le prototype du Distance 25, modèle route de notre nouvelle marque de vélo de série.

Alors, quand on m'a proposé de tester un vélo acier, j'ai eu deux réactions, un peu de curiosité, mais surtout beaucoup de suffisance. Quoi ? De l'acier ? Vraiment ? Ça me renvoyait à un autre âge, l'âge de fer sans doute ? Pour moi, l'acier sentait plus les hauts-fourneaux que la haute-technologie. Mais tout ça, c'était avant... Avant de découvrir le Distance 25 fabriqué par Victoire, et surtout avant de rouler avec.
On a l'impression de rouler sur un tapis volant. Mais ce tapis volant n'a rien d'une carpette. Le Distance m'a épaté par sa nervosité, sa réactivité et sa capacité de démarrage en côte.
Je parlais des formidables capacités du Victoire à un ami durant l'essai et il n'était même pas étonné. "Un acier haut de gamme vaut largement un carbone milieu de gamme.", me glissait-il. Au fil des kilomètres, j'ai vraiment pris goût à cette matière et aux excellentes qualités de rouleur du Distance. [...] Après cette période d'essai au guidon de ce vélo acier, j'ai remis en question pas mal de mes principes. J'étais pro-carbone, mais je suis devenu fan de métal.

Les réglettes inox

Un vélo Victoire est une accumulation de détails techniques permettant à nos créations artisanales de se démarquer. Nous vous proposons de nous attarder un peu plus longuement sur ces solutions pensées pour faciliter la vie du cycliste et améliorer la longévité de nos cadres.

Les réglettes inox

Les réglettes en Inox font parties des options que nous proposons sur nos cadres sur-mesure. Elles ont pour rôle de protéger la peinture des frottements provoqués par les gaines de dérailleur et les durites de frein. Cela rend ainsi nos vélos plus durables. 

La réalisation

Le placement de chaque réglette est adapté sur chaque vélo en fonction du cahier des charges. Les réglettes en inox sont alors brasées à l'argent 56% directement sur la douille. La finition est ensuite réalisée à la main.

La soudure des réglettes demande une très grande attention afin d'éviter une chauffe trop importante lors de la brasure et ainsi éviter une déformation.

Voici le résultat final


Victoire dans "Très beaux vélos"

Nous avons reçu à l'atelier le dernier livre de Claude Droussent : Très beaux vélos, objets de désir contemporain. Claude Droussent est auteur, journaliste et cycliste. Après des années passées au sein du groupe L'équipe, il devint rédacteur en chef de Vélo Magazine ainsi que co-fondateur de l'épreuve de l'Etape du Tour.  Il a dernièrement lancé le site Route and Roots.

Son nouveau livre présente une sélection subjective et éclectique de 60 créations contemporaines, permettant à chacun de découvrir ou redécouvrir des machines de rêve.

Nous sommes très flattés d'apparaître dans cet ouvrage avec la randonneuse du concours de machines 2017 et nous remercions sincérement M. Droussent d'avoir pensé à nous. Un très beau cadeau à offrir sous le sapin à tous les passionnés de vélos !


Une journée sur les confluences cyclable de Chilkoot

Faire confluer vers Lyon des cyclistes pour une sortie de 200 kilomètre au départ des quatre points cardinaux, voilà l'idée lancée par Luc Royer en 2016 avec le Chilkoot Confluences. Pour la troisième année consécutive, une petite centaine de cyclistes étaient au départ de Dijon, Genève, Orange et Clermont-Ferrand avec pour objectif de se retrouver sur la place du Gros Caillou, en haut de la colline de Croix-Rousse, pour partager un brassage local transporté par chacun des participants. L'événément était cette année soutenu par les magasins Cyclable et c'est dans celui de Clermont que nous avons retrouvé nos compagnons de route pour le premier café de la journée. Pour la première fois en trois éditions, celle-ci allait se dérouler sous le soleil !

Nous sommes une vingtaine de cyclistes à quitter la capitale Arverne en direction de l'est tandis que le soleil se lève sur la Chaîne des Puys. Outre les Auvergnats, les participants ont fait le déplacement depuis Paris, Lyon ou Limoges pour se joindre à l'événement. Après avoir traversé la plaine de Limagne en guise d'échauffement, nous arpentons les contreforts du Forez depuis Puy-Guillaume, direction la vallée sauvage de la Credogne et sa pente douce qui nous élève progressivement jusqu'au col de la Plantade.

Après un premier stop à St Just en Chevalet, nous redescendons vers la plaine du Forez où nous nous ravitaillons à Balbigny. La remise en selle après le repas n'est pas des plus évidente, chacun cherche son rythme alors qu'apparaissent les premiers pourcentages des Monts du Lyonnais. La montée à St Martin en Haut par la portion de véloroute nous offre un dernier instant de calme avant de basculer sur l'agglomération lyonnaise. Après 200 kilomètres, le groupe est toujours au complet au pied des pentes de Croix-Rousse, dernière difficulté avant de rejoindre nos compère venus de Bourgogne, de Suisse et de Provence.

Merci à Luc pour l'organisation, à Thomas, notre capitaine de route, pour avoir guidé l'ensemble des participants à bon port ainsi qu'à François du magasin Cyclable Clermont-Ferrand pour s'être levé de bonne heure pour nous offrir le café !

Cette journée fut aussi l'occasion de partager la route avec certains de nos clients, Eric, Jérome et Matthieu au départ de Clermont, et d'en retrouver d'autres à l'arrivée commeThierry, venu de Orange, ou David de Genève. Nous en avons également profité pour effectuer une première sortie au guidon des prototypes Distance, notre nouvelle marque de vélos de série, fabriqués dans nos ateliers.


La deuxième édition du Weekend Victoire

Chaque vélo Victoire est une histoire. La feuille blanche de départ est nourrie par les nombreux échanges entre le futur propriétaire et notre équipe afin de donner naissance au cahier des charges final. Celui-ci est ensuite mis en forme par notre expertise technique : la conception de la géométrie et le choix des tubes et des composants sont autant d’éléments qui permettront de traduire les désirs de nos clients en réalité de terrain. Lors de la livraison, un nouveau chapitre s’ouvre : le nouveau-né est prêt à accompagner son cycliste sur ses terrains de prédilection. 

À l’heure actuelle, nous avons eu la chance d’écrire près de 350 histoires différentes, soit autant de rencontres et de liens qui se créent. C’est pour entretenir ces derniers et réunir la communauté qui a grandi autour de nos créations que nous avons lancé l’an dernier le premier Weekend Victoire

Pour la seconde année consécutive, nous avons réuni les 6, 7 et 8 avril derniers une trentaine de clients et sympathisants sur les routes auvergnates.

Après avoir exploré le nord du Puy de Dôme l’an dernier au travers des routes sauvages qui longent la Sioule, nous sommes cette fois allés à l’opposé, à l’assaut du Massif du Sancy. Ces montagnes ont accueilli la première édition française du Rapha Prestige en 2016. Vous avez également pu les découvrir dans le numéro 10 du magazine Cyclist France

Chaque participant s’est retrouvé dans notre atelier le vendredi midi pour partager ensemble un encas et découvrir nos dernières réalisations. Certaines étaient encore entre les mains d'Olivier, Fin ou Luka, nos cadreurs, tandis que Luc et Fabien prenaient possession de leurs vélos respectifs. Vers 16h, la troupe s’est dirigée à vélo vers le gîte qui nous accueillera pour le week-end pendant que nous assurions le transport des bagages. Cette première sortie de 36 kilomètres constituait une belle mise en jambe pour le lendemain.

En effet, une grosse journée s’annonçait le samedi, avec un parcours constitué de trois variantes de 100, 125 et 150 kilomètres, permettant à chacun d’adapter selon sa forme du moment. Après une quarantaine de kilomètres vallonnés, nous nous attaquions à la première difficulté : le col du Guéry depuis Rochefort-Montagne, en passant au pied des Roches de Tuillières et Sanadoire.

Une partie des troupes s’est ensuite dirigée vers le Mont-Dore. Après un arrêt à la boulangerie, nous entamâmes l’ascension du col de la Croix Saint Robert, le plus haut du massif, culminant à 1451 m.

Les plus prudents avaient fait le choix de monter directement aucol de la Croix-Morand, depuis son versant ouest, où nous attendait le ravitaillement. Laurence et Christophe nous ont chaleureusement accueilli au Buron du Col avec de nombreux produits du terroir qui nous ont permis de nous restaurer. Certains ont même cédé à l’appel de la truffade ! Si vous êtes de passage dans la région, nous vous recommandons chaleureusement cette adresse !

C’est l’estomac bien rempli que nous avons pu repartir en direction de notre point de départ, via Pessade et le col de la Ventouse pour la version courte, ou St Nectaire, Aydat et Vulcania pour la plus longue. 

Le lendemain, ce fut sous un ciel couvert que nous rejoignîmes Beaumont. Thierry Courtadon, célèbre sculpteur local, véritable artiste de la pierre de Volvic, mais aussi passionné de cyclisme, nous a fait l’honneur de se joindre à nous et de nous faire découvrir son atelier. Chacun a ainsi pu découvrir son travail qui s’exporte au quatre coins du monde.

Nous tenons à remercier l’ensemble des participants pour leur bonne humeur et leur sympathie qui ont contribué au succès du weekend. 

LES PARCOURS DU SAMEDI


Les serrages de selle

Un vélo Victoire est une accumulation de détails techniques permettant à nos créations artisanales de se démarquer. Certaines zones caractéristiques participent autant à l'esthétique du vélo qu'à sa fiabilité, et requièrent donc toute notre attention.

Assurant la liaison entre le tube et la tige de selle, le puits de selle doit permettre un ajustement rapide de la hauteur ainsi qu’un serrage efficace.  C’est donc l’une des zones clés du cadre. Afin de rendre votre vélo Victoire résolument unique, nous proposons trois solutions de serrage différentes :

Le collier de selle rapporté

Depuis le début de l’année 2018, nous utilisons par défaut cette solution technique sur l’ensemble de nos cadres. Une fois le cadre entièrement soudé, le tube de selle est alésé à son extrémité puis fendu sur sa partie arrière à l’aide de notre fraiseuse. Cette technique assure un alignement précis de la fente pour un serrage optimal. L’ajustement est calibré de manière à ce que la tige de selle puisse rentrer en excerçant une légère pression. L’extrémité de la fente est ensuite arrondie à la lime aiguille,  puis renforcée d’une rondelle en inox brasée à l’argent. Ceci permet de tripler l’épaisseur dans cette zone de forte contrainte et d’éviter ainsi tout déformation ou création de fissure lors des multiples serrages et desserrages. La zone du puits de selle est ensuite finement ébavurée afin que la tige puisse coulisser sans être marquée. Le collier de selle vient simplement s’insérer sur l’extérieur du cadre après peinture. 

Nous avons sélectionné pour nos vélos quatre modèles de colliers :

  • Thomson (serrage à vis uniquement)
  • Hope (disponible en serrage par levier et serrage à vis)
  • Tune (serrage à vis uniquement)
  • Paul Components (serrage à levier uniquement)

Les modèles à levier sont recommandés si vous ajustez régulièrement votre hauteur de selle, par exemple pour le transport de votre vélo ou pour une pratique VTT.

Le collier de selle brasé

Cette solution est la plus couramment utilisée sur nos cadres. Avant d’usiner le puits de selle, un cylindre fileté est brasé à l’extrémité du tube de selle. Le processus est ensuite identique à celui décrit précédemment. Cette option particulièrement prisée permet d’épurer la ligne du vélo grâce à une meilleure intégration. C'est l’une de nos signatures esthétiques. Elle offre également un léger gain de poids par rapport à un collier rapporté.

Le serrage de selle intégré aux haubans

Dernière option en date, elle a été validée sur notre randonneuse du Concours de Machines 2017. Plus complexe à réaliser techniquement, le serrage de la tige de selle est ici assuré par pincement des haubans. Pour cela, nous usinons des manchons en inox qui seront traversés par la vis de serrage. Ils sont ensuite brasés à l’extrémité des haubans. Cette option permet de dissimuler complètement le serrage de selle, qui devient alors invisible du côté du pédalier. Elle permet d’obtenir un vélo résolument exclusif, avec une esthétique unique.


Revue de presse : Vojo, Cyclist France et l'Acheteur Cycliste

L'Acheteur Cycliste

Nous avons le plaisir d'apparaître dernièrement dans plusieurs magazines sur différents sujets. Tout d'abord L'Acheteur Cycliste, dans son numéro 147 actuellement en kiosque, nous consacre un reportage de 10 pages. Richard Jamin y dévoile les coulisses de notre atelier et met en avant ce qui rend chaque vélo sur-mesure Victoire unique :

Prise de contact, écoute, questionnaire, recueil d'informations, type de pratique, objectif, envies, tout est passé au crible afin de voir naître les contours d'une machine unique. [...] Pour voir naître un Victoire il faut être au moins deux : celui qui le fabrique, et celui qui l'achète. Et surtout, il faut un point commun incontournable. Se défaire des scories d'un marketing abrutissant et viser l'excellence, son excellence.

Le reportage est complété par une prise en main de deux pages de notre randonneuse du Concours de Machines 2017 dans sa version gravel, au guidon de laquelle Richard avoue avoir "franchement pris du plaisir"

Vojo

Nous avons également le plaisir d'apparaitre dans le premier volume papier de Vojo. Ce "mook" est une véritable oeuvre, avec plus de 300 pages de reportages divers et variés, couchés sur un papier de qualité et accompagnées de très belles photos. Un reportage de 18 pages écrit par Elodie Lanthelme met soigneusement en lumière l'acier et ses qualités grâce à l'intervention de différents acteurs : fabricants, artisans, ingénieurs ou encore industriels :

Plonger dans le monde de l’acier revient à s’immerger dans un univers où les sensations prévalent. Il y a une dimension quasi sensuelle dans la relation à ce matériau, que ses défenseurs dotent de qualités importantes en matière de ressenti dont « confort » et « flex » sont les maîtres mots. [...] Les différents alliages, les traitements divers, les formes des tubes, la possibilité de les moduler ultra finement… Pour ses amoureux, l’acier offre une quantité incroyable de variables d’ajustement. D’où sa magie. En ressort aussi la capacité d’obtenir des vélos aux comportements et caractères propres, derrière lesquels se retrouvent les personnalités de leurs concepteurs.

Elodie a réussi au travers de ce reportage à vulgariser les caractéristiques mécaniques de l'acier et notamment celle qui différencie ce matériau du titane ou de l'alu : le module d'Young.

On simplifie toujours le discours vis-à-vis de l’acier, parce qu’on parle très souvent de la souplesse de l’acier. Mais en vérité, si on considère la structure même du matériau, il est plus rigide que l’alu et c’est ce qui fait la magie des propriétés dynamiques de l’acier : sa limite élastique, le point jusqu’auquel le matériau peut se déformer sans se tordre, le module de Young. On peut jouer avec cette limite, s’en approcher, sans jamais l’atteindre. À l’inverse, l’alu, lui, a une limite élastique très basse, donc on peut bien moins jouer avec, sinon ça casse.

Plus proche du livre que du magazine, cette première édition papier de Vojo aura toute sa place dans une bibliothèque. Vous pouvez vous la procurer directement en ligne : https://shop.vojomag.com/products/vojo-magazine-volume-1

Cyclist

Juste avant que la neige ne recouvre les montagnes, nous avons eu le plaisir d'accompagner la rédaction française du magazine Cyclist dans le Massif du Sancy. Nous avons profité de l'occasion pour baptiser le Véloce Life sur les routes de notre terrain de jeu favori. Vous pouvez désormais le découvrir au travers d'un reportage de 16 pages dans leur dernier numéro actuellement en kiosque. La beauté des lieux et l'ambiance très automnale ont été magnifiquement mises en avant par l'objectif de Ludovic Combe

200 - LE VÉLO DE ROUTE AUTREMENT

C’était lors du premier Weekend Clients Victoire, en avril dernier. Alain Puiseux, éditeur du magazine 200 - le vélo de route autrement nous parla du projet de la rédaction de réaliser la Diagonale Brest-Menton par le tracé original, celui de la première traversée enregistrée en 1930. L’occasion rêvée de mettre à l’épreuve de la longue distance nos deux prototypes du modèle Aventure, qui préfiguraient alors la randonneuse que nous présenterions au Concours de Machines. De la pointe de la Bretagne à l’extrémité de la Côte d’Azur, les deux machines ont encaissé les 1550 kilomètres et les conditions météorologiques difficiles sans broncher, permettant à leurs pilotes de faire fi de la mécanique et de se concentrer sur la route.

Le reportage est à retrouver dans le dernier numéro de 200 - le vélo de route autrement, disponible en kiosque.


Retour sur le Concours de Machines 2017

Nous vous proposons de découvrir quelques images du Concours de Machines 2017, qui s'est déroulé à Ambert (63) au mois de juillet 2017.

Le travail fourni en amont et l’intensité du weekend ont rendu celui-ci éprouvant, les rencontres ainsi que la découverte du travail de nos confrères furent une expérience enrichissante. Bien que nous n’ayons pas été récompensés cette année, c'est avant tout un sentiment de satisfaction qui se dégage maintenant. L’ensemble de l’équipe s’est investi jusqu’au dernier moment pour présenter une machine aboutie, conforme à nos exigences et à notre vision de la randonneuse moderne. Nous sommes fiers de la machine qui a été présentée qui a su se montrer efficace sur les exigeants tracés foréziens. Les garde-boue et le freinage à disque ont été très appréciés dans ces conditions difficiles.

Le Concours a été également l’occasion de présenter le premier prototype de notre nouveau projet de marque que nous vous invitons à découvrir sur le blog Chemins.cc. Mis à l’épreuve avec succès durant ces 2 jours par Matthieu Lifschitz, ce test se poursuivra pendant tout l’été puisque Matthieu s’alignera à la fin du mois sur la TCR au guidon de ce vélo. Ce dernier préfigure une gamme de cycles haut de gamme, en acier et en inox, fabriqués artisanalement dans notre atelier. Le procédé de soudure au TIG, les géométries et tubes standardisés ainsi qu’un choix de finitions limité permettront de livrer ces modèles dans des délais restreints.

Nous tenons à adresser un grand merci à Christophe Courbou, JP Ferreira de 2-11 Cycles et l’équipe de MILC sans qui l’événement n’aurait pas eu lieu. Merci également à l’équipe des Copains pour leur accueil. Félicitations à tous les constructeurs présents, et en particulier à nos confrères étrangers qui ont fait le déplacement. Enfin, un grand merci à l’ensemble du public pour leur intérêt porté vers l’événement, en espérant que celui-ci perdure dans les prochaines années.


La première édition du week-end Victoire

Les 7, 8 et 9 avril dernier s'est déroulé le premier Weekend Victoire. Nous avons accueilli pour l'occasion une vingtaine de nos clients - propriétaires ou en attente de leur vélo sur-mesure - pour trois jours de vélo sur les routes auvergnates. Nous vous proposons de revenir en images sur cet événement qui a mêlé partage, rencontres et découvertes à travers les endroits les plus remarquables de notre région.

Nous avons la chance d'être situés au pied de la Chaîne des Puys, c'est donc tout naturellement que le départ du Weekend a été donné devant notre atelier. Après avoir présenté en exclusivité aux participants quelques unes de nos réalisations , nous avons pris la direction du Massif du Sancy pour y passer la nuit : près de 40 kilomètres de montées nous attendaient.

Cédric, qui a roulé pour l'occasion sur un de nos deux prototypes de randonneuse, le modèle "Classique", partage son ressenti : "Des paysages à couper le souffle qui vous donnent envie de déménager. On est loin d'avoir la même chose dans le Nord, idem pour le dénivelé : 46,5 km et 1122 de D+, j'ai beau avoir 3200 km de vélo dans les pattes depuis le début de l'année, je ne fais pas le malin. Mais le rythme est plutôt cool et on admire la vue tout en papotant avec son voisin. Les premiers tours de roues avec mon nouveau compagnon se passent merveilleusement bien, même si mon 1,83 m se sent un peu à l'étroit sur ce cadre de 54 cm. Le temps est parfait, le soleil révèle les paillettes de la finition marron métallisé du cadre et l’absence de vent est plutôt bienvenue, surtout que le parcours n'est qu'une gigantesque grimpette."

On ne peut qu'apprécier les différents paysages qui s'offrent à nous, avec le Massif du Sancy encore enneigé d'un côté et la Chaine des Puys de l'autre.

Après avoir profité du spectacle, nous redescendons du Col du Guéry au Gîte du Lac Servières où nous passerons la nuit. C'est le moment pour chacun de faire plus ample connaissance en dégustant une bière artisanale face au coucher de soleil. Alain Puiseux, éditeur du magazine 200, nous a apporté pour l'occasion quelques exemplaires du numéro 12, à peine sorti de l'imprimerie !

Après avoir rechargé les batteries grâce aux excellents plats locaux préparés par Virginie et Bruno, les participants reçoivent leur musette de bienvenue généreusement offerte par Rapha.

Après une nuit réparatrice, l'activité reprend doucement au lever du jour. Pendant que certains s'inspirent des aventures du dernier magazine 200, d'autres observent les vélos présents. C'était pour nous un grand plaisir de voir toutes ces montures en action !

Après s'être réunis au bord du Lac Servières pour la photo de groupe, nous partons pour une longue journée de vélo ! Au programme : 185km et 2400m de dénivelé. 

Le tracé suit la Sioule, qui prend sa source au Lac Servières avant d'aller se jeter dans l'Allier, 150km plus au nord. Nous la suivrons jusque dans les Combrailles, à Ebreuil, avant de remonter sur la Faille de la Limagne pour plonger sur Clermont-Ferrand. Nous suivrons les routes les moins empruntées de la région, passant par les lieux les plus remarquables, du Massif du Sancy à la Chaine des Puys, en passant par le Viaduc des Fades. 

Photo carte postale au Viaduc des Fades, qui culmine à 133m.

Vous pouvez retrouver en cliquant ici le tracé de la sortie du samedi !

Nous tenons à adresser un grand merci à nos clients présents durant ce weekend. Nous leur laissons la parole pour conclure ce reportage :

Cédric : "Plus que le simple test d'un prototype Victoire, j'ai vécu à son guidon un de mes meilleurs week-ends vélocipédiques. La team Victoire organise des sorties à l'image de ses fabrications et tout n'a été que perfection. J'ai pris un énorme plaisir à rencontrer tous ces passionnés. Et bien que tous ont roulé pour Victoire, personne n'était là pour la gagner. Un bon moment de camaraderie qui montre que le cyclisme n'est pas qu'un sport mais bien un moyen de voyager, de rencontrer et de partager une passion commune."

Frédéric B. : "Je suis ravi de ce weekend de partage et de découverte de la Sioule et de ses abords. Ce séjour auvergnat s’est déroulé dans des conditions idéales. C’est avec grand plaisir que je renouvellerai l’expérience ! Celle-ci m’a permis de mesurer la qualité de vos vélos et la passion qu’ils suscitent. Pour nous, clients, c’est une source de satisfaction, je le suppose, au moins égale à celle du fabricant. C’est bien entendu une source d’investissement et d’effort quotidien pour votre équipe et au travers de ces rencontres - tous les participants étaient fort sympathiques - vous recevez sans doute ce message de vos clients et utilisateurs : continuez ! Le passage de la côte de Loubeyrat n’a fait qu’accroître, in fine et après 180 km, ce sentiment : tout en haut il y la délivrance certes, avec à la clé le "mille-feuille" du meilleur ouvrier pâtissier de France, mais ce qui compte c’est le parcours, l’aventure, les paysages splendides, nos discussions, notre rencontre. Merci. "

Jean-Pierre N. : "Juste une petit mot pour vous dire que j’ai apprécié ces deux jours avec la communauté Victoire (mes cuisses un peu moins… elles ont un peu souffert pour une première sortie de l’année). J’imagine, et j’espère, que l’événement sera renouvelé."

Thierry M. : "Encore merci pour ce beau weekend. La réputation de gentillesse et d'accueil des Auvergnats est bien réelle, et personne n'en doutait. Cela aura été un grand plaisir que de rouler dans des paysages authentiques avec des passionnés."

Christophe C. : "Quel souvenir ce week-end Victoire sous le soleil de Clermont Ferrand ! Clients sympathiques et une équipe Victoire comme on les attendaient : parfaits dans l'organisation et authentiquement vélo. Super intéressant aussi de côtoyer la "Vélo sphère" Victoire Cycles : les Alain, Matthieu, Thierry, Nicolas. Tout cela m'a vraiment fait goûter au vélo "autrement ". Tant et si bien qu'après nos près de 300km du week-end dernier j'ai fait une virée de 199km hier avec mon Versus de Bédarieux à Mazamet et retour. L'aller par le massif du Carroux et la route des Lacs dans le Parc naturel du Haut Languedoc. Le retour plus roulant sur la voie verte de 75km entre la sortie de Mazamet jusqu'à Bédarieux : un régal avec mon Versus. Belle virée d'une journée de liberté."


Les boitiers de pédalier

Le marché du cycle regorge de standards toujours plus nombreux et il est très facile pour les pratiquants de s'y perdre. C'est notamment vrai pour les boitiers de pédalier. Chez Victoire, nous avons sélectionné deux standards pour nos vélos sur-mesure, répondant aux attentes de fiabilité, de qualité de fonctionnement et de performance de nos clients : le BSA/BSC et le T47. Nous allons vous expliquer ici ce qui se cache derrière ces noms de code et quelles sont les particularités de chacun.

LE STANDARD BSA/BSC

Que nous parlions de BSA ou de BSC, le standard est le même. C'est le plus ancien standard utilisé (différents pas de vis existaient alors : italien, français, anglais...) et c'est également celui que nous utilisons le plus. Sa fiabilité et son fonctionnement sont largement éprouvés et c'est un standard compatible avec un grand nombre de boitiers de pédalier : axe carré, Isis, roulements externes...

Le standard BSA/BSC

LE STANDARD T47

Le T47 fut lancé il y a un peu plus d'un an par le constructeur américain Argonaut ainsi que par Chris King. Pour faire simple, le T47 est un boitier PF30 fileté. Pour rappel, le PF30 (Pressfit 30) est un standard qui a pour principe d'intégrer les roulements dans le cadre via des coupelles en aluminium. Le diamètre d'un PF30 est de 46mm. De par son filetage et le diamètre de sa boîte plus large, le T47 est donc une solution plus adaptée pour un pratiquant à la recherche de rigidité ou aux plus grands d'entre nous.

On obtient ainsi la rigidité de ce dernier, accompagné de la fiabilité du BSA/BSC. Seule ombre au tableau, c'est le moins léger des trois standards.

Le standard T47

laurier
Haut de page