Contact

Pour faire un beau vélo, il faut beaucoup discuter.
C’est ici que ça commence.

Nous contacter par mail
Nous téléphoner

04 63 08 31 60
06 07 14 82 18
Du lundi au vendredi, 8:30–12:00, 13:30–16:30

Nous rendre visite

49 Rue Victor Hugo, 63110 Beaumont
Du lundi au vendredi, 8:00–17:00
Prévenez-nous avant de passer

Menu
Le journal de bord

Où on vous raconte la vie dans l’atelier, les sorties sur les routes et les chemins, les histoires de nos vélos et celles de leurs propriétaires.


Les passages internes Victoire

Suite à l'enthousiasme généré par la proposition d'un article basé sur nos passages internes, nous vous présentons cet article de blog qui vous révélera tout sur ceux-ci, de leur fabrication à leur l'entretien.

La grande majorité des vélos Victoire sont équipés de passages internes. Ceux-ci, en plus d'épurer la ligne du vélo, permettent de protéger les câbles et gaines. Ils sont également intéressants pour les voyageurs car ils permettent d'éviter aux sacoches de s'appuyer dessus et de détériorer la finition du vélo par frottements répétés.

Les passages internes sont réalisés au cas par cas. Tout comme les tubes, leur longueur varie selon les projets et les géométries qui découlent des études posturales. De plus, selon l'équipement qui sera installé, leur nombre peut varier.

Le conduit est donc coupé sur mesure, puis cintré pour épouser parfaitement l'interstice dans lequel il sera brasé par la suite.

Les tubes sont percés partout où il sera nécessaire de faire entrer et sortir la câblerie. Ces perçages sont ensuite nettoyés et ébavurés.

Les conduits sont alors placés dans les tubes. Les cadreurs s'assurent que ceux-ci soient suffisamment éloignés les uns des autres et des parois des tubes, afin d'éviter qu'ils ne fassent du bruit lorsque le Victoire viendra à vibrer.

Il arrive également que deux passages internes soient brasés entre eux et solidaires à l'intérieur du tube, encore pour éviter des éventuels bruits de vibration.

Du flux est appliqué là où se feront les brasures. Il permet une bonne accroche de l'alliage d'apport, qui dans notre cas est le laiton (pour l'acier) ou l'argent (pour l'inox).

Se réalisent ensuite les brasages des conduits aux tubes afin de les fixer dans leur position définitive.

A ce stade de la pose des passages internes, le conduit n'est pas encore biseauté. C'est ce biseautage, réalisé juste après le nettoyage des brasures, qui permet à la gaine de venir tomber dans le passage interne sans être pliée ou sans risquer d'être sectionnée par le conduit. Cela permet également, si la gaine est brutalisée ou arrachée, de ne pas endommager le conduit ou le cadre.

Voici un passage interne juste avant le biseautage du conduit.

Le biseau est réalisé à l'aide d'un tank. Les brasures sont enfin nettoyées et polies à la main par le cadreur. A la fin de cette étape, le passage interne est brasé et nettoyé, prêt à recevoir la câblerie.

Cette étape est à répéter deux fois pour chaque passage interne présent sur le vélo, à l'entrée et à la sortie du conduit.

L'installation ainsi que le démontage de nos passages interne ne présente rien de complexe. Pas besoin d'aimant, pas besoin de fil : le conduit s'occupe de guider la gaine d'un côté à l'autre du cadre.

Le sujet des impuretés pouvant pénétrer dans les passages est une question qui nous a été posée plusieurs fois. Le système que nous utilisons est un emboîtement de trois tubes : les conduits se situent dans les tubes du vélo, et dans ces mêmes conduits se situent les gaines. Même si des impuretés pénètrent dans les conduits, cela n'affecte en rien le fonctionnement de la mécanique car rien ne peux s'introduire dans les gaines. Un simple nettoyage des conduits peut donc être effectué de temps à autres.

Il s'agit ici donc bien d'un plus en terme de longévité car le conduit placé à l'intérieur du tube offre une protection supplémentaire à la gaine.

laurier
Haut de page