Contact

Pour faire un beau vélo, il faut beaucoup discuter.
C’est ici que ça commence.

Nous contacter par mail
Nous téléphoner

04 63 08 31 60
06 07 14 82 18
Du lundi au vendredi, 8:30–12:00, 13:30–16:30

Nous rendre visite

49 Rue Victor Hugo, 63110 Beaumont
Du lundi au vendredi, 8:00–17:00
Prévenez-nous avant de passer

Menu

Jeanne nous a contacté pour devenir notre pilote du Concours de Machines 2022. Organisé autour de Roubaix par notre confrère Andréas Behrens, (LaFraise Cycles), le Concours de Machines 2022 verra s'opposer des pilotes exclusivement féminines sur un parcours mêlant route, chemins et pavés de 218km.

Pour Jeanne, nous avons réalisé un vélo confortable, performant et polyvalent pour rouler tous les jours sur ses routes et sentiers favoris, tracter la cariole de sa fille ou bien encore s'aligner sur l'Atlas Moutain Race au Maroc à l'automne prochain.

Déjà consacrée lors des éditions 2016 et 2019, l'équipe Victoire connaît l'engagement total que nécessite un tel concours. Enthousiasmés par le cahier des charge du concours 2022, nous avons donc décidé de nous lancer dans l'aventure.

La majeure partie des vélos que nous fabriquons actuellement sont des modèles polyvalents, pouvant à la fois être utilisés sur la route et sur les chemins. C'est aussi la première fois que le Concours met à ce point l'accent sur la qualité de fabrication, et les détails. Nous sommes très attachés à la finition de nos vélos qui doivent être aussi agréables à regarder qu'à rouler.

L'idée d'un plateau de pilotes exclusivement féminin nous a permis d'entamer une collaboration avec l'aventurière Jeanne Lepoix. Graphiste, photographe, cinéaste, Jeanne rejoint donc Matthieu Lifschitz dans notre équipe de test et se lancera dans toutes ses futures expéditions cyclistes au guidon de son Victoire du Concours de Machines 2022.

L'inox des tubes Columbus XCr s'est rapidement imposé à nous pour créer un vélo léger et indestructible. Pour être capable d'exploiter toutes ses qualités, le cadreur doit avoir une longue expérience de ce matériau. L'équipe Victoire a réalisé plus de 200 cadres en inox et connaît bien les contraintes et les avantages de ces tubes spécifiques.

Jeanne étant légère et véloce, nous avons choisi une structure à tubes de petits diamètre. Le diamètre des tubes doit être sélectionné en fonction du gabarit du cycliste : un cadre trop rigide sera plus dur à emmener, et absorbera moins les vibrations et chocs de la route. Plus on augmente le diamètre des tubes, plus on augmente la rigidité du cadre. Nous avons donc choisi un tube supérieur en 28.6mm et un inférieur en 31.7mm pour obtenir un vélo qui survolera les pavés tout en restant confortable, même après plusieurs heures de selles.

Le tube supérieur, dont la forme est réalisée spécialement par Columbus pour Victoire, présente un profil très fin qui renforce la filtration verticale des chocs. De dessus, sa largeur le rend idéal pour la réalisation d'une sacoche intégrée et vissée au triangle avant.

Le boitier de pédalier au T47 permet l'acheminement du câble de lumière arrière en interne.

Comme tous les Victoire (acier et inox), le cadre est entièrement soudo-brasé à l'argent. Cette technique permet de ne pas fragiliser les tubes à la soudure : la température de fusion de l'argent étant bien inférieure à celle de l'inox, la structure moléculaire du tube n'est absolument pas modifiée, ce qui n'entraine aucune dégradation des caractéristiques du matériau. Les cordons sont ensuite polis à la main pour obtenir un cordon parfaitement lisse. L'esthétique et la solidité en sont améliorées. Le polissage permet en effet d'éviter le phénomène de concentration de contrainte qui fatigue le matériau plus rapidement.

Chez Victoire, le Concours de Machines s'est réalisé à quatre chalumeaux. Si tout au long de l'année, chaque projet est traité par un cadreur qui exécute toutes les étapes de fabrication de bout en bout, nous appliquons une formule différente pour le Concours de machines : toute l'équipe s'est mobilisée, et chacun a pris en charge la réalisation d'une pièce du projet. Matthieu s'est concentré sur le cadre, Olivier a fabriqué la potence, Marco la fourche et Grégoire le système de porte-bagage.

Les freins à disques se sont imposés sur les vélos modernes, et donc sur le Victoire de Jeanne. Au delà de la grande puissance de freinage disponible qu'importe la météo, les freins à disques permettent de dégager la zone autour du pneu pour utiliser de plus grosses sections et ainsi augmenter le confort.

L'utilisation d'un freinage à disques permet de s'affranchir de la taille de la jante. Comme il n'y a plus de patins qui appuient sur un rayon spécifique, on peut faire varier la taille de la jante et ainsi transformer un vélo gravel en vélo de route sportif en changeant simplement la paire de roues. Le vélo de Jeanne est conçu autour de pneus gravel en 650B*50mm. En utilisant une roue de 700c et des pneus de 30mm de large, on obtient une roue plus légère et rapide sur la route tout en conservant un diamètre identique. Jeanne pourra donc utiliser une paire de roues plus légère et réactive (mais moins confortable et ne permettant pas de rouler en chemins) pour ses sorties sportives sur route.

Le règlement prévoit un prix spécial pour la réalisation d'un puits de selle remarquable. Le puits de selle est la zone ou la tige de selle rentre dans le cadre.

Nous avons choisi de créer un manchonnage du tube de selle de manière à renforcer cette zone de forte contrainte, et à créer une démarcation esthétique pour la peinture. Le collier de selle, comme sur de nombreux Victoire, est intégré à l'intérieur des haubans. La vis de serrage se loge ainsi dans un logement sur le hauban gauche qui ne laisse entrevoir aucun système de serrage coté pédalier.

Le concours de machines est l'occasion de montrer et d'expliquer notre savoir-faire, mais c'est aussi un excellent prétexte pour tester et développer de nouvelles idées. Cette année nous avons décidé d'intégrer totalement les câbles de lumière dans le cadre, pour des raisons esthétiques mais aussi pour gagner en fiabilité. Le câble ainsi intégré ne peut en effet plus être arraché par une branche ou sectionné lors d'une chute.

Pour réaliser cette innovation, nous avons créé un porte-bagage avant spécifique (voir plus bas) puis nous avons usiné et brasé un carénage afin d'accueillir un phare Supernova modifié, au niveau de la patte de cadre.

Cet emplacement n'a pas été choisi par hasard : c'est le seul qui permette à la lampe d'être visible que soit l'angle de visions et même lorsque Jeanne arrimera un chargement. Ce système lui permettra de rouler en toute sécurité, de jour comme de nuit.

La fourche du Victoire n°519, de forme dite "unicrown", a été réalisée par Marco. Cette forme est la plus logique mécaniquement, les fourreaux de fourche étant cintrés au sommet pour faire abstraction de la plaquette de fourche. La résistance est accrue tout en permettant un gain de poids.

Les fourreaux de cette fourche sont de faible diamètre et ses pattes sont excentrées pour permettre une meilleure filtration des chocs. Elles sont en inox et accueillent un connecteur Son SL fiable, facile à démonter car sans branchement. Ces pattes ont été réalisées par Julien Fritch des cycles Jolie Rouge. Nous sommes heureux d'avoir pu collaborer en toute amitié avec un autre cadreur participant au concours !

La potence a été réalisée par Olivier à partir d'une chute de tube de forme identique à celle du cadre. Esthétiquement, la géométrie de la potence a été conçue pour prolonger le tube supérieur du cadre. Un système de fixation du compteur a aussi été intégré sous la potence, une réalisation qui serait impossible si elle n'était pas fabriquée sur mesure.

Le porte-bagage a lui été réalisé par Greg. Nous voulions moderniser la traditionnelle sacoche maintenue sur un porte paquet pour la rendre plus légère et plus accessible. Les deux problèmes rencontrés avec la plupart des sacoches de bikepacking fixées sur le guidon sont l'inaccessibilité du contenu en roulant, et l'impossibilité d'utiliser la position centrale du guidon où sont attachées les fixations de la sacoche. Pour résoudre ce problème, nous nous sommes inspirés d'une solution créée par Sylvain Ozilou des Cycles Pierre Perrin lors du concours de Machines 2019. Il avait utilisé des systèmes Fidlock aimantés pour fixer la sacoche sur le porte-paquet. Cette solution ingénieuse permet de détacher puis de réinstaller la sacoche très rapidement. Un gain de temps très appréciable en bikepacking, quand la météo devient défavorable.

La forme du porte-paquet relie les 4 points d'accroche de la sacoche. Celle-ci est ainsi sécurisée, sans aucun mouvement possible, tout en restant démontable en moins de deux secondes.

Le porte-paquet pèse seulement 200g, avec décaleur, aimants de fixation et support de lampe Synewave inclus, contre environ 380g pour un système ultralight René Herse équivalent. Notre porte-paquet se charge également de guider les différents câbles de dynamo et lumière arrière. Avec cette solution, les câbles d'éclairage sont invisibles des lampes avant et arrière au moyeu.

Les sacoches ont été réalisées sur mesure et dans un temps record par Neza Peterca de What Happened, une entreprise artisanale slovène.

Les sacoches de cadre et tube supérieur sont du même type que celles utilisées par Julien sur son Victoire n°491. Légères et pratiques, elles ont démontrées leur efficacité et nous avons donc reconduit leur forme sur le vélo de Jeanne.

Nous avons d'abord réalisé une maquette en carton de le sacoche de guidon, avant de la faire réaliser par Neza. Fabriquée en tissu Ecopack, elle remplit parfaitement nos attentes de modularité et de chargement.

L'ensemble sacoche et porte-bagage (avec décaleur, support de lampe et système d'aimants fidlock) pèse 600g, soit à peine le poids d'une sacoche bikepacking de même contenance, ou la moitié du poids d'un système de sacoche de guidon traditionnel avec porte-paquet et décaleur.

C'est la première année qu'un prix spécifique du Concours de Machines récompense la peinture. Depuis 2019, la peinture des vélos Victoire est réalisée en interne par Julien. La peinture a un double role : elle permet à la fois de protéger le vélo des agressions courantes (humidité, petits chocs) et d'offrir sa propre personnalité au projet.

Nous utilisons un procédé dérivé de la carrosserie automobile, avec un système multi-couche permettant une infinité de finitions. La peinture permet de finaliser l'identité du vélo, en mêlant les désirs esthétiques du client et l'ADN de Victoire. La première étape, un thermolaquage transparent pour obtenir une base extrêmement résistante, laisse apparaître le travail de polissage des cordons de soudure.

Cette première couche a été dépolie et dégraissée, puis les bases et le tube de selle ont été masqués. Le cadre a ensuite reçu sa première couche de couleur avec une base mate en british racing green. Une épaisse couche de vernis garni de paillettes d'un vert profond a ensuite été apposée. Les paillettes recouvrent presque entièrement la première couche de vert, de façon à créer un effet de profondeur de champ.

Jeanne avait adoré le Victoire n°491 de Julien, et ce projet a servi de base pour l'élaboration de la peinture. Jeanne a ainsi créé diverses formes géométriques, tâches, pointillés et contours que Julien a ensuite apposé en camouflage sur le vélo. Trois autres nuances de vert sont utilisées pour les motifs. Une fois toutes les tâches peintes, elles ont été fixées avec une nouvelle couche de vernis.

En plus des traditionnels logos Victoire sur le tube inférieur et notre marquage de tube de selle reprenant le numéro unique du cadre et le nom des différentes personnes ayant travaillé sur le vélo, Jeanne a réalisé deux petits logos personnels :

Le premier reprenant une mère et sa fille qui roulent sur un vélo, et l'autre un coucher de soleil.

Les logos victoire ont eux été réalisés dans un doré proche de la couleur de l'argent utilisé pour les soudures. Les logos de Jeanne utilisent eux une palette de couleurs coordonnée au reste du projet.

Si l'on excepte le jeu de direction Chris King, ou le choix des pneus imposé par le manque de stock, la quasi-intégralité des composants est de fabrication européenne. Nous avons voulu tester sur le vélo du Concours la transmission made in Italy de chez Ingrid, associée à des leviers de freins Campagnolo et des étriers Hope. Cette formule permet d'obtenir le freinage le plus précis et modulable du marché, avec une cassette à forte plage de développement (10/48) et un plateau de petite taille (36 dents) selon les désirs de Jeanne.

Voici donc notre proposition pour le Concours de Machines 2022 ! Ce vélo représente un travail collectif intense et enthousiasmant. Nous sommes constamment à la recherche de l'excellence et nous voyons chaque vélo comme un pas de plus dans cette direction. Celui-ci est le fruit de nos recherches et développements sur les vélos du concours de Machine et les modèles 417, 491 et 507, à la fois gravel et randonneuses polyvalents.

Nous vous donnons rendez-vous le dimanche 26 juin à 16h pour l'annonce des résultats.

laurier
Haut de page