Contact

Pour faire un beau vélo, il faut beaucoup discuter.
C’est ici que ça commence.

Nous contacter par mail
Nous téléphoner

04 63 08 31 60
06 07 14 82 18
Du lundi au vendredi, 8:30–12:00, 13:30–16:30

Nous rendre visite

49 Rue Victor Hugo, 63110 Beaumont
Du lundi au vendredi, 8:00–17:00
Prévenez-nous avant de passer

Menu

Grégoire est cadreur chez Victoire et pratique le triathlon et le gravel en compétition. Il voulait un vélo qui corresponde parfaitement à sa pratique et à ses envies esthétiques. Il s'est donc créé un vélo gravel performant capable de l'emmener sur les manches de la coupe du monde de gravel. Mais Grégoire souhaitait que cette monture puisse aussi évoluer et se transformer en vélo de bikepacking, pour randonner avec sa compagne qui possède, elle, un vélo Distance. Inspirée du Victoire 491 de Julien, la géométrie de ce vélo a été pensée selon ces critères.

Comme son grand frère le Victoire 491, le vélo de Grégoire est composé de tubes hydroformés qui lui apportent un comportement nerveux au pédalage. Son drop important pour un vélo gravel lui confère une géométrie sportive, adaptée à la compétition.

Les gaines et durites du vélo de Grégoire passent à l'intérieur du cadre, comme sur la plupart des vélos Victoire. Les barrettes de protection brasées en inox sur la douille de direction protègent la peinture des frottements. Cette douille est au standard 44 mm pour être compatible avec les fourches en carbone modernes à pivot conique (ici une Whisky).

Comme toujours chez Victoire, tous les éléments en contact avec des pièces mécaniques sont en inox : les coupelles de direction, le boitier de pédalier, le collier de selle, les passages internes des gaines, la patte de cadre et même les plots de fixation du frein arrière au standard flatmount. Ces surfaces de contact sont ensuite polies à la main pour s'assurer d'un montage et réglage parfait, et ne pas détériorer la peinture.

Ce vélo sportif et épuré est pensé pour évoluer selon l'usage de son pilote. Grégoire a donc décidé d'ajouter des fixations sur le triangle arrière pour y installer un porte-bagage léger, inspiré de celui du Victoire 491. La fourche à oeillets lui permettra de monter les porte-bagages minimalistes qu'il a fabriqués sur mesure. Grégoire a aussi prévu des ouvertures pour acheminer en interne des câbles d'éclairage s'il devait un jour s'équiper d'un moyeu dynamo pour des sorties au long cours. 

Grégoire a choisi le groupe Campagnolo Ekar, le groupe gravel le plus léger du marché, avec une très grande plage de développement afin de passer partout. Sensible à l'écologie et au développement durable, Grégoire ne souhaitait pas d'électronique sur son vélo. Le groupe Ekar, de fabrication européenne, lui apportera fiabilité et performance tout en étant en accord avec ses convictions.

Afin de parfaitement maîtriser l'allure de son vélo en compétition, Grégoire pourra s'appuyer sur les freins Campagnolo, réputés les plus fiables du marché des freins route. Il a choisi de rouler avec des disques de 160mm à l'avant et 140 à l'arrière.

Toujours chez Campagnolo, Grégoire a choisi les nouvelles roues Levante. Ces roues pensées pour le gravel sont légères, larges et dotées d'un canal interne important. Le volume d'air supplémentaire créé par la grande largeur entre les crochets offre un confort important, ainsi qu'un gain de vitesse et de durabilité, des critères décisifs pour Grégoire.

Leur finition sobre et élégante se marie très bien avec le groupe Ekar, pour lequel elles ont été pensées par le fabricant italien.

Gregoire a choisi tous ses périphériques (guidon, potence, tige de selle, fourche) chez le fabricant américain Whisky. La relation entre Victoire et Whisky s'est tissée lors des Chris King Open House de 2019 où nous avions présenté le Victoire 417 de Xavier. Nous travaillons depuis régulièrement avec cette marque qui propose des composants de qualité réputés pour leur poids contenu, leur fiabilité et leur sobriété.

Afin de ne pas créer de rupture entre ces composants et le reste du cadre, la potence a été peinte à l'atelier aux couleurs du vélo.

Pour la peinture, Grégoire a laissé la plus grande liberté à Julien, le fondateur de Victoire. Ses seuls souhaits : du vert, du doré et des feuilles de châtaignier, clin d'oeil à ses origines ardéchoises. Cette peinture a nécessitée une trentaine d'heures de travail.

La base métallisée est composée de deux couleurs harmonieuses : vert foncé sur le devant et jaune doré à l'arrière.

Sur cette base métallisée bicolore a été peint un camouflage fait de feuilles de châtaigner. Toutes les feuilles qui composent ce maillage végétal présentent une taille, des formes ou des nervures différentes, pour éviter l'aspect un peu monotone d'un motif répété à l'identique.

Une fois les feuilles peintes, une couche de vernis intermédiaire a été apposée pour fixer les feuilles, et rendre la peinture très résistante. Ce vernis a ensuite été dépoli pour accueillir les logos, dans le même doré que l'arrière du vélo, afin de créer une impression d'unité générale.

Une fois les logos posés, deux couches de vernis supplémentaires ont été ajoutées, proposant chacune des paillettes de différentes tailles. Puis une dernière couche de vernis de finition est venue recouvrir l'ensemble avant le polissage et le lustrage manuel.

Grégoire
Mon cas est un peu particulier par rapport à un client "classique", puisqu'à l'exception de la peinture, j'ai tout réalisé sur le projet (conception, fabrication, montage). La découverte s'est donc faite par étapes. Mais la vraie surprise a été la peinture. Même si les choix esthétiques avaient été clairement définis avec Julien, il restait une petite incertitude quant au rendu final, qui a largement satisfait mes attentes ! 
Grégoire

Si vous venez nous rendre visite, nous aurez de grandes chances d'apercevoir le n°521. Les visites sont les bienvenues et Grégoire se fera un plaisir de vous expliquer notre savoir-faire, et vous montrer notre atelier et showroom.

Mais peut-être le croiserez-vous aussi sur un chemin dans le massif du Sancy !

Gregoire a terminé 25ème sur près de 200 concurrents de l'étape de Coupe du Monde gravel de Millau ! Lui qui n'avait jamais roulé en vélo gravel, il a baptisé son Victoire, à côté de professionnels de la route et du VTT.

il nous raconte : "La course était un vrai test pour le vélo car il avait même pas 100km avant le départ! Et je l’ai malmené sur les 135km à fond sur un parcours bien varié avec des chemins bien tapants par-ci par-là.
Je suis super content de ma course, je me suis bien fait plaisir et le vélo n’y est pas pour rien : aucun souci mécanique, bon choix de pneumatiques, position idéale (sur 5h de course ça compte !).

Le vélo est très polyvalent et m’a permis de bien passer tous les différents secteurs : route, piste roulante, chemin technique en montée comme en descente, entre autres, etc."

Photos : Aubin LAURENT (Instagram : @compassgo)

laurier
Haut de page