Weekend Victoire 2018

Weekend Victoire 2018

Chaque vélo Victoire est une histoire. La feuille blanche de départ est nourrie des nombreux échanges entre son futur propriétaire et notre équipe, afin de donner naissance au cahier des charges final. Celui-ci est ensuite mis en forme par notre expertise technique : la conception de la géométrie, le choix des tubes et des composants, sont autant d’éléments qui permettront de traduire les désirs de nos clients en réalité sur le terrain. Au moment de la livraison, après une longue gestation, un nouveau chapitre s’ouvre : le nouveau-né est prêt à accompagner son cycliste sur ses terrains de prédilection. 

À l’heure actuelle, nous avons eu la chance d’écrire près de 350 histoires différentes, soit autant de rencontres, de liens qui se créent. C’est pour entretenir ces derniers, et réunir la communauté qui a grandi autour de nos créations que nous avons lancé l’an dernier le premier Weekend Victoire

Pour la seconde année consécutive, nous avons réuni les 6, 7 et 8 avril derniers une trentaine de clients et sympathisants sur les routes auvergnates. Une sorte de retour aux sources pour les montures, et surtout une réelle satisfaction de voir nos clients prendre du plaisir à leur guidon.

Après avoir exploré le nord du Puy de Dôme l’an dernier, au travers des routes sauvages qui longent la Sioule, nous sommes cette fois allés à l’opposé, à l’assaut du Massif du Sancy. Ces montagnes méconnues sont aussi nos favorites. Elles ont accueilli la première édition française du Rapha Prestige, en 2016, et vous avez pu les découvrir dans le numéro 10 du magazine Cyclist France

Chaque participant s’est retrouvé dans notre atelier le vendredi midi, pour partager ensemble un encas et découvrir nos dernières réalisations. Certaines étant encore entre les mains de Olivier, Fin ou Luka, nos cadreurs, tandis que Luc et Fabien prenait possession de leur vélo respectif. Vers 16h la troupe s’est dirigée à vélo vers le gîte qui nous accueillera pour le weekend, à St Ours les Roches, de l’autre côté de la Chaîne des Puys, pendant que nous assurions le transport des bagages. Cette première sortie de 36 kilomètres, effectuée sous les premières douceurs printanières, constituait une belle mise en jambe pour le lendemain. 

 

En effet, une grosse journée s’annonçait le samedi, avec un parcours constitué de trois variantes de 100, 125 et 150 kilomètres, permettant à chacun d’adapter selon sa forme du moment. Après une quarantaine de kilomètres vallonés, nous nous attaquions à la première difficulté, le col du Guéry depuis Rochefort-Montagne, en passant au pied des majestueuses Roches de Tuillières et Sanadoire.

 Une partie des troupes s’est ensuite nous dirigée vers le Mont-Dore. Après avoir dévalisé la boulangerie, nous avons pu entamer l’ascension du col de la Croix Saint Robert, le plus haut du massif, culminant à 1451 m. L’hiver rigoureux avait laissé encore des traces, et de nombreuses congères bordait la route. Un puissant vent de face était également là pour nous rappeler que, malgré la météo clémente, le Sancy était un lieu exigeant comme en témoignent les paysages arides du sommet et du versant est.

Les plus prudents avaient fait le choix de monter directement au col de la Croix-Morand, depuis son versant ouest, où nous attendait le ravitaillement au sommet. Laurence et Christophe nous ont chaleureusement accueilli au Buron du Col, avec de nombreux produits du terroir qui nous ont permis de nous restaurer. Certains ont même cédé à l’appel de la truffade ! Si vous êtes de passage dans la région, nous ne pouvons que vous recommander de vous arrêter à cette adresse ! 

C’est l’estomac bien rempli que nous avons pu repartir en direction de notre point de départ, via Pessade et le col de la Ventouse pour la version courte, ou St Nectaire, Aydat et  Vulcania pour la plus longue. 

Le lendemain, c’est sous un ciel couvert que nous avons rejoint Beaumont. Thierry Courtadon, célèbre sculpteur local, véritable artiste de la pierre de Volvic, mais aussi passionné de cyclisme, nous a fait l’honneur de se joindre à nous et de nous faire découvrir son atelier. Chacun a ainsi pu découvrir son travail d’orfèvre, de "dentelle", qui s’exporte au quatre coins du monde. 

Nous tenons à remercier l’ensemble des participants pour leur bonne humeur et leur sympathie, qui ont contribué au succès du weekend. 

 

LES PARCOURS DU SAMEDI

 

Photos

Catégorie: 

Subscribe to our mailing list

* indicates required
Langue